Historique de l’ADéPAM

La région de Milly-la-Forêt est une zone historique de production de plantes médicinales et aromatiques (PPAM) et malgré la délocalisation de cette production dans les années 1960, notamment en Europe de l’Est, il reste encore certains acteurs importants de la filière sur le territoire : le Conservatoire National des plantes médicinales (CNPMAI), l’entreprise Darégal, leader mondial dans le secteur des aromatiques surgelées et l‘entreprise EONA, spécialisée en aromathérapie.
C’est à l’initiative de ces différents acteurs locaux, qu’a été créée en 2012, l’association loi 1901, ADéPAM (Association pour le Développement des Plantes Aromatiques et Médicinales à Milly-la-Forêt). Les différents dès sa création, de relancer la production de ces plantes médicinales, grâce au développement d’un pôle dynamique d’activités autour de la production d’huiles essentielles.

JPEG - 97.1 ko

En premier lieu, une liste "élargie" de plus de trente plantes aromatiques cultivables à Milly a été définie grâce aux compétences du CNPMAI, et en particulier de son directeur à l’époque, Mr Bernard Pasquier.
A partir de 2013, les conditions de culture de certaines de ces plantes sont étudiées notamment grâce à plusieurs programmes d’expérimentation menés par au CNPMAI en micro parcelle, grâce à un matériel végétal de qualité (plants et semences). Cela permet d’obtenir des résultats marquants disponibles sous forme de comptes rendus d’expérimentation au CNPMAI. A partir de 2015, certaines de ces plantes sont également testées à petite échelle chez 3 agriculteurs Millacois (deux maraîchers et un céréalier). Cela a permis de sélectionner une dizaine les plantes les plus adaptées à la culture sur le territoire local et demandées par les entreprises acheteuses, grâce à diverses études de marché réalisées.

En 2017, cette liste "restreinte" de PPAM est directement testée chez une vingtaine de producteurs céréaliers comme voie de diversification, dans le but de lancer une production commerciale d’huiles essentielles. Par ailleurs, un nouveau partenariat est créé avec le PNR du Gâtinais français ainsi que la Chambre d’agriculture d’IDF dans le but d’accompagner ce groupement de producteurs à produire au mieux et à se structurer. En 2018, une dizaine d’hectares supplémentaires sont plantés, pour arriver à un total d’une quinzaine d’hectares et le groupement de producteurs prend la forme juridique d’une CUMA (Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole), dans le but d’acquérir très prochainement un nouvel outil de distillation. Parallèlement les expérimentations en micro-parcelles se poursuivent au CNPMAI avec l’objectif de découvrir de nouvelles plantes "de niche" à mettre en culture.

Remonter